À ma fille, letter to my daughter (partie I)

Cette lettre, voilà plusieurs semaines que je veux te l’écrire. J’ai néanmoins buté lorsqu’il s’est agi de lui choisir un titre. Vois-tu, t’appeler mienne me transporte automatiquement dans une réflexion aussi profonde qu’effrayante. Tu es le corps de mon coeur, le sang de mon être. La prunelle de mes yeux, que je chéris d’un amour dont l’intensité est indéfinissable.

Article mis en avant

Le mariage n’est pas une fin en soi

 Il y a dix ans : « yow mi, diang rek, moytul dé, goor ñi bëgu ñu jigeen bu jangam sori »[1] Quand j’ai commencé à porter le foulard : « wa yow, li ci sa bop bi nak ? Do gaawa am jëkër dé, té nga jaayu ba ci kanam ? »[2] Quand j’ai commencé à travailler à temps plein : « ahhh mashaAllah,... Lire la Suite →

Article mis en avant

Les monologues de Marième: « Bayil daxé » ou le tribunal social des vieilles filles (2)

Les monologues de Marième - Célibataire endurcie : bayil daxé[1] J’avais commencé ce monologue en voulant-vous conter la dernière de plusieurs conversations, ces « sit-downs » auxquels j’ai droit périodiquement. Parce que oui, plusieurs membres de mon entourage, plus ou moins proches, pensent ma situation tellement critique que leur intervention, d’inspiration divine sûrement, suffirait à me motiver à... Lire la Suite →

Les monologues de Marième : Avant-propos

Le centre-ville se vide de ses occupants, les véhicules pressés, à la queue leu-leu, se précipitant vers la corniche ouest, porte de sortie de la presqu’île. Le frou-frou des caftans, quoiqu’atténué par moult coulis de sueur salvatrice dans la chaleur humide et étouffante, reste pourtant persistant, comme pour souligner l’importance de ce second rendez-vous hebdomadaire.... Lire la Suite →

Opium d’un peuple pervers

Disclaimer : le titre de l’article est fort provocateur. Par ailleurs, loin de moi l’idée d’être condescendante, ou encore d’outrer qui que ce soit… Et si c’est le cas, je vous présente, par avance, mes excuses. But first, where was I ? [Je me permets d’ouvrir une parenthèse avant de me lancer dans cet article… J’ai encore... Lire la Suite →

Douce ivresse, violente passion

Depuis quelques jours, je le guette. Je pense à lui debout, assise, couchée. Il hante mes pensées, envahit mes nuits, me poursuit le jour. Course poursuite, certes, mais de nous deux, je suis bien celle qui lui court après. Je ne veux point le perdre de vue où le rater, je ne conçois pas qu’il... Lire la Suite →

Iman : note de l’auteur

« Devant Dieu, deux « Moi » n’ont pas de place. Tu dis « Moi » et Il dit « Moi » ; ou bien meurs, toi, devant Lui, ou bien c’est Lui qui mourra devant toi, afin que toute dualité disparaisse. Mais ni objectivement, ni subjectivement, Il ne peut mourir. Car « Il est le... Lire la Suite →

Epilogue (3) : I will always love you

Iman Petit à petit, mes sens me reviennent. Surprise de me retrouver couchée sur une surface douce et confortable, j’ai peur d’ouvrir les yeux. Je laisse mes autres sens explorer mon environnement. Mes doigts touchent une surface satinée sur laquelle ils donnent l’impression de glisser. Mes narines sont titillées par une odeur bizarrement familière, celle... Lire la Suite →

Epilogue (2) : Jour de noces

Iman Au milieu du brouhaha, j’ai le regard perdu, telle une étrangère dans la maison de mes parents. Il y a effectivement un monde fou, et je suis au-delà de tout sentiment, dépassée par la tournure des évènements. Maman, qu’Allah la garde et la protège, a trouvé le moyen de chasser tous les joueurs de... Lire la Suite →

Epilogue (1) : Seuls contre tous

Iman Les nuits du mois de septembre ont cette profondeur spéciale, accentuée par la lourde chaleur qui les caractérise si particulièrement. Entrecoupées de vents furtifs, elles semblent nous rappeler que ces prémices de l’incomparable chaleur infernale ne sont que néant devant l’ampleur de l’infinie miséricorde divine. Le vent passe, tel un amant furtif, embrassant au... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑