Personal branding (partie I) : dress the part

Je me presse dans les rues de Dakar, jouant à Schumacher : vite, vite, il faut que j’arrive avant que le bureau ne ferme. En plus, j’ai cet entretien auquel il ne faut pas que je sois en retard… Je fais aussi vite que possible, saute de la voiture dans mes sandales de conduite, laissant mes escarpins côté passager. Tant pis, la coquetterie en souffrira. J’arrive donc à ce fameux bureau, et cette dame ne veut pas entendre raison…

Elle : « Mais il faut revenir demain matin, madame. »

Moi : « Vous ne comprenez pas. Je travaille en journée, et j’ai dû partir plus tôt du bureau pour arriver avant la fermeture des vôtres… »

Elle : « Je fais déjà des sacrifices en remplaçant ma collègue, donc je ne peux pas faire plus pour vous ».

Verte d’incompréhension et d’agacement, j’appelle un ami qui travaille dans le même établissement, et qui pourrait peut-être m’aider.

Lui : « Lady, comment vas-tu ? »

Moi : « Pas bien du tout, je viens de passer à vos bureaux et la dame que j’ai vue me demande de revenir demain matin. J’ai traversé la ville pour rien, en plus du retard qui a déjà été accusé dans cette affaire. En plus j’ai un entretien tout à l’heure… »

Lui : « Ah je vois, bon, j’étais déjà rentré mais j’arrive. »

Mon ami revient donc de chez lui, règle l’affaire et me rapporte ce que j’étais venue chercher jusque dans ma voiture. Confortablement installée, je me positionne pour l’admirer. Mais c’est qu’aussi, il faut que je vous explique. Ce n’est pas que le gars soit particulièrement beau (okay, il est mignon quand même), mais il a ce petit quelque chose qui m’a toujours intriguée. Un mélange d’élégance, de prestance, de charisme, et de charme. Vous pouvez imaginer l’effet que tout cela fait, lorsque ce jeune homme se met en costume. Oh maman j’ai chaud. Phew.

Moi : « Mais attends, tu n’es vraiment pas sérieux toi. Comment ça se fait que tu sois sapé de la sorte ? Tu étais déjà rentré chez toi n’est-ce pas ? »

Lui : « Lady, je vais t’expliquer quelque chose. Tu sais, que tu le veuilles ou non, tu seras, nous serons toujours d’abord jugés sur la base de notre apparence. Que l’on soit d’accord ou pas, c’est un fait. Je peux croiser un parent d’élève ou un partenaire, qui sait. Je représente une institution. If I want the part, I also need to dress the part. Remember that. »

Bon, après avoir presque été en retard à mon entretien, et après avoir rêvé debout pendant un moment de sa belle veste et de son pantalon kaki, sans oublier le détail qui tue, le mouchoir de poche assorti, la chemise sur mesure taillée parfaitement, le pantalon qui tient sans même une ceinture, après tout ça là, j’ai commencé à réfléchir à ces mots… Et nous arrivons enfin au sujet de l’article d’aujourd’hui. Je m’excuse de la longueur de l’introduction, mais il fallait rendre hommage à l’élégance de ce classique jeune homme, Mister Big.

Wolof Njaay néna : « ni la wudé gissé rek la lay ëwëlé. » En français, on dira tout le contraire, que l’habit ne fait pas le moine… à part que la première impression reste primordiale, marquante, mémorable même. Quelle que soit notre position sur la question, il faudra, tôt ou tard, accepter le fait que l’on est d’abord jugé selon la manière dont nous nous présentons en société.

Ce constat de côté, j’introduis donc ce qu’on pourrait appeler une nouvelle résolution en ce début d’année : peaufiner et contrôler son image, s’investir dans le personal branding.

Personal-Branding

Oui, cette résolution va effectivement au-delà de la manière de s’habiller, pour inclure la manière de communiquer, et son footprint sur internet. Commençons d’abord dans cet article, si vous le souhaitez bien par la manière de s’habiller, de se présenter en public. Ici aussi, je me cantonnerai au milieu professionnel, dans la mesure où c’est celui le plus sensible, où l’image peut avoir un impact extrêmement significatif. Bienvenue dans le monde du personal branding…

SONY DSC
Une de mes tenues préférées pour passer du bureau  à l’afterwork (Collection « 50 nuances plus chic » by Laam Tooro) : la robe est sobre mais féminine, le sac classique en cuir, le foulard autour du cou pour un air chic et un petit pendentif élégant pour accessoiriser.

La première étape dans votre processus de réflexion sur votre image, à mon avis, devrait être d’identifier le code vestimentaire spécifique à votre entreprise ou à votre milieu professionnel. En effet, bien qu’il soit courant de dire que l’on ne peut jamais être habillé de manière trop formelle, certains environnements, notamment ceux des métiers créatifs, requièrent un certain niveau d’externalisation de la personnalité des collaborateurs. Généralement parlant, on pourrait identifier trois codes vestimentaires principaux :

  • Business formal : il s’agit du code vestimentaire le plus strict. Pour les femmes, le tailleur est de rigueur, les chaussures ouvertes sont bannies et la palette de couleur est restreinte. Un excellent exemple est le secteur bancaire : bleu de nuit, noir ou gris foncé pour le tailleur, couleurs claires et sobres pour la chemise ou le chemisier.
  • Business casual : tout restant smart, on se laisse la latitude d’être moins formel. La veste n’est pas toujours obligatoire, mais la présentation doit quand même rester sophistiquée et soignée.
  • Casual : plus présent dans les milieux créatifs, il permet de tendre plus vert le style décontracté. Le jean (noir ou sombre, pas de distressed) est permis, voir encouragé, et il est attendu que le côté artistique du professionnel transparaisse dans la manière de se présenter.
SONY DSC
Un exemple de tenue business casual, qui avec une veste conviendrait à un environnement business formal (Collection « 50 nuances plus chic » by Laam Tooro) : pantalon et chemise sur mesure, ceinture pour un style plus singulier, et une montre classique.

Une fois le code vestimentaire clairement identifié, bien sûr, il est important de trouver un style qui soit en phase avec sa personnalité, dans les limites du code approprié, bien sûr. On veillera quand même à ne pas faire certains faux pas :

  • porter des chaussures de soirée (plateformes très hautes, chaussures à clous, chaussures complètements ouvertes) ou trop décontractées dans un environnement personnel ;
  • s’habiller trop court et trop sexy ;
  • porter des accessoires trop clinquants ;
  • trop se maquiller ;
  • porter un parfum trop agressif ;
  • ne pas faire repasser ses vêtements, ou leur laisser un aspect froissé (comme sur la première photo illustrative – les conditions de shooting ne permettent pas toujours d’éviter les plis).

4becc8adebf3e335aeb56efa8a2e2326--business-clothes-business-dress

Lorsque vous soignez votre apparence, vous boostez automatiquement votre confiance en vous, et cette confiance est automatiquement ressentie par vos interlocuteurs. Certaines femmes perçoivent automatiquement ce boost lorsque, par exemple, elles portent des escarpins classiques, ou une robe faite sur mesure. J’en fais partie. Quelle que soit ce petit quelque chose qui vous fait pousser des ailes, prenez le temps de le trouver et faites-en bon usage.

En cette nouvelle année, le pire que je vous souhaite est de vous lancer pleinement dans votre processus de personal branding. Prenez le temps de réfléchir à vos ambitions, personnelles, professionnelles, et pensez au rôle que la manière dont vous gérez votre présence, physique et virtuelle, affecte votre parcours.

N’oublions surtout pas le conseil de mon ami. Habillez-vous de la manière dont vous souhaitez être perçue, et pour le poste que vous visez, surtout. Cela vous permettra non seulement de vous projeter par rapport à vos ambitions, mais aussi de montrer clairement à vos supérieurs que vous êtes dans la logique de faire avancer votre projet professionnel. If you want the part, dress the part, ladies !

4 réflexions sur “Personal branding (partie I) : dress the part

  1. Sokhna Diara Touré dit :

    Le sujet de réflexion est vraiment très intéressant et a été très bien exploité avec des exemples très illustratifs. Cela me rappelle cette phrase qu’aimait nous répéter notre professeur de marketing « même le choix de votre petit ami, peut décrire qui vous êtes en réalité donc veillez toujours à ce que ce choix soit fait après moult réflexions »

    J'aime

  2. Diagne dit :

    Salut, vos articles sont vraiment très réussis avec beaucoup d expériences et de leçons sur votre société. Je vous encourage et bonne continuation

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s