Et… comment ils créèrent la « femme sénégalaise »

Mon très cher fils,

Aujourd’hui, tu vas enfin rentrer dans la cour des grands hommes sénégalais. Vois-tu, jusqu’à présent célibataire de ton état, tu profitais d’une société qui était clémente à ton égard, te demandant très peu de comptes, et te permettait de jouir de privilèges dont tu ne connaissais que très peu les rouages. En prenant femme, tu entres officiellement dans la grande cour des grands hommes sénégalais, et donc, tu gagnes en responsabilités, aussi bien envers ta famille, qu’envers cette société qui te permet d’avoir ce statut de privilégié.

marriage_senegal

Il faudrait maintenant que tu contribues à huiler cette machine, qui te permet en tant qu’homme, de trôner au sommet de la pyramide sociale. Parce que tu pensais que c’était aussi simple que cela ? Que tu étais né homme, et que cela te permettait de jouir indéfiniment de privilèges sociaux ? Détrompe-toi, cher fils : moi et tes oncles, nos pères avant nous, et tes grands-pères avant cela, avons contribué à construire et à renforcer des croyances sociales qui nous ont permis d’asseoir une domination solide. Je vois d’ici, ton visage se décomposer, et les questions fuser de toute part ; laisse-moi donc illustrer mes propos en quelques points, afin que tu comprennes mieux l’importance de ton nouveau rôle :

  • A la base, tu as toujours cru que notre culture était patriarcale. Nous t’avons élevé dans cette croyance à dessein, alors qu’historiquement, et surtout avant l’entrée de l’influence arabo-musulmane dans les mœurs des contrées constituant aujourd’hui le Sénégal, les femmes organisaient la vie sociale, la famille, et la communauté. Leur pouvoir était à la hauteur du charisme des grandes figures féminines des empires d’antan.
  • Avec l’arrivée dans nos contrées de « la religion des arabes »,  l’ordre précédemment établi a pu changer de manière drastique. Vois-tu, quand bien même l’Islam établit le principe d’égalité devant le Divin comme base même des relations entre croyants, sa grande tolérance des traditions locales nous a permis de concevoir une prouesse absolument extraordinaire, personnifiée par le bouleversement de l’ordre social précédemment en vigueur :
    • Les arabes détenteurs de cette nouvelle religion, du fait de leur spécificité culturelle, s’adressant de manière prépondérante aux hommes, ont permis à ceux-ci d’avoir la main mise sur le nouveau savoir religieux : ils en devinrent les gardiens, les interprètes ; tu n’es pas sans savoir que qui a le savoir, détient un pouvoir réellement sans limite ;
    • A partir de ce moment, dans la mesure où les femmes de notre société se voyaient dicter les règles à suivre, et que leur niveau d’instruction était cantonné au minimum, tout ce qu’elles finissaient par croire était facilement contrôlable. Un « l’Islam néna » suffisait à les convaincre, sans nuances, ni présentations de positions d’autres écoles de pensée ;
  • Se rendant compte qu’il ne fallait point sous-estimer le pouvoir des femmes, malgré les garde-fous installés, il devint important de s’assurer qu’elles seraient trop occupées par de futiles préoccupations pour s’intéresser au savoir : cérémonies familiales, partage de croustillantes informations, travaux ménagers, autant d’activités qui ont été estampillées du label « féminin » pour permettre de faire des femmes, les agents même de ce cantonnement des femmes en dehors des cercles de savoir.

6cbf9cca51e977e0be8364ef8251f192

Ce dernier point est particulièrement important, et il faut que tu le comprennes, mon fils : plus les femmes sont distraites par tout ce qui est en dehors des sphères de savoir et de pouvoir, plus nous serons en mesure de maintenir notre statut de privilégiés. Pour ce faire, l’éducation est donc primordiale : il faudra clairement délimiter, dans ton foyer, les rôles masculins et féminins, et t’assurer, afin de perpétuer le système, que tes enfants grandissent ainsi.

Je vais terminer avec quelques conseils que tu devrais toujours te rappeler, avant de les passer, un jour, comme je le fais aujourd’hui, à ton fils :

  • Sois doux avec ta femme ; n’oublie pas, elle a été formatée socialement pour te servir, pour être aux petits soins avec toi. Pour elle, le mariage est une fin, son objectif tant voulu, le symbole de sa réussite sociale auquel elle tient énormément. Tout cela sera facilité si tu es doux, c’est le principe du « positive reinforcement » : plus tu es généreux envers elle, plus elle se sentira chanceuse, plus elle redoublera d’effort ;
  • A côté de la carotte, n’oublie pas de garder le bâton ! Mais détrompe-toi : le meilleur bâton est le soupçon de tromperie, ou la menace omniprésente d’une coépouse. Plus la menace plane, plus elle se surpassera, plus elle sera occupée par le culte du « jongué », et moins elle se rapprochera des cercles de savoir ;
  • Le dernier point est essentiel. Il est le nerf de la guerre en quelque sorte. Evite de te mêler à la relation entre ta mère, tes sœurs et ta femme. J’irai même plus loin : encourage ta femme à aller aux cérémonies familiales, donne-lui les moyens d’y briller, et de prendre part de manière active au « deffaneté. » Plus ta femme sera concentrée sur cela, tu connais maintenant la chanson, plus elle essaiera d’être la femme et l’épouse idéale…

khoudiasenegal10

N’oublie pas, perpétuer le système, c’est assurer pour nous et pour les générations futures, une position sociale confortable, mais vraiment confortable à un point… que tu ne découvriras que très bientôt.

Bienvenu dans le club des hommes sénégalais !

Sénégalaisement vôtre

 

Une réflexion sur “Et… comment ils créèrent la « femme sénégalaise »

  1. Bella dit :

    J’aime le style avec lequel vous depeignez notre societé ( limite avec un sarcasme savement deguisé).Heureusement qu’au Sénégal d’aujourd’hui, malgré la forte pression sociale, il existe des femmes pour qui le mariage n’est pas un fin en soi, qui s’occupent dignement de leur famille et qui essaient tant bien que mal ( malgre le plafond de verre) de gerer leur carriere. Un bravo et tous mes encouragements à vous

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s