Déllol, braquél waay !

En ce mois début de mois de juillet, l’air dakarois a fini d’enclencher cette transformation radicale que je suis persuadé, seul lui est capable d’entreprendre : vers 14h, le soleil a fini d’atteindre son zénith, accablant ces pauvres âmes forcées de marcher des kilomètres entiers sous son joug brûlant ; incapable de ne pas se mêler à... Lire la Suite →

La grogne – Espoirs brisés

Moi A la photo, je n’ai reconnu que ses yeux. Comment les oublier ? Il semblerait que durant toutes ces années, ces maudits démons soient arrivés à le posséder tout entier, sauf ses yeux. Ses yeux, et ce cœur qui d’affection débordait pour ces quelques personnes qui voyaient au-delà de tout « ça ». Parmi mille paires, je... Lire la Suite →

« Sophie, ma Sophie »

Un plaidoyer pour les femmes, pour les personnes en situation de handicap, pour l'accès à l'éducation... bref, un long plaidoyer, si vous le permettez! Femme, belle, à ses yeux Je m’étais faite belle pour lui. Pour la première fois, après 27 longs hivernages, je me sentais femme à travers ses yeux. Juste femme. Non, pas... Lire la Suite →

Non, ce 8 mars, je ne veux pas être célébrée

Mois de la femme. Offres publicitaires et commerciales alléchantes, diners et spectacles dédiés, déjeuners d’entreprise, taaxuran en l’honneur des mères de l’humanité. Petit-déjeuner, bouquet de fleurs, bons de réduction, massages offerts. Tant d’attentions pour célébrer le 8 mars, érigé dans nos contrées et au-delà, au sacrosaint statut de journée de « célébration de la femme. » Au-delà... Lire la Suite →

À ma fille, letter to my daughter (partie I)

Cette lettre, voilà plusieurs semaines que je veux te l’écrire. J’ai néanmoins buté lorsqu’il s’est agi de lui choisir un titre. Vois-tu, t’appeler mienne me transporte automatiquement dans une réflexion aussi profonde qu’effrayante. Tu es le corps de mon coeur, le sang de mon être. La prunelle de mes yeux, que je chéris d’un amour dont l’intensité est indéfinissable.

Les monologues de Marième: « Bayil daxé » ou le tribunal social des vieilles filles (2)

Les monologues de Marième - Célibataire endurcie : bayil daxé[1] J’avais commencé ce monologue en voulant-vous conter la dernière de plusieurs conversations, ces « sit-downs » auxquels j’ai droit périodiquement. Parce que oui, plusieurs membres de mon entourage, plus ou moins proches, pensent ma situation tellement critique que leur intervention, d’inspiration divine sûrement, suffirait à me motiver à... Lire la Suite →

Les monologues de Marième : Avant-propos

Le centre-ville se vide de ses occupants, les véhicules pressés, à la queue leu-leu, se précipitant vers la corniche ouest, porte de sortie de la presqu’île. Le frou-frou des caftans, quoiqu’atténué par moult coulis de sueur salvatrice dans la chaleur humide et étouffante, reste pourtant persistant, comme pour souligner l’importance de ce second rendez-vous hebdomadaire.... Lire la Suite →

Opium d’un peuple pervers

Disclaimer : le titre de l’article est fort provocateur. Par ailleurs, loin de moi l’idée d’être condescendante, ou encore d’outrer qui que ce soit… Et si c’est le cas, je vous présente, par avance, mes excuses. But first, where was I ? [Je me permets d’ouvrir une parenthèse avant de me lancer dans cet article… J’ai encore... Lire la Suite →

Douce ivresse, violente passion

Depuis quelques jours, je le guette. Je pense à lui debout, assise, couchée. Il hante mes pensées, envahit mes nuits, me poursuit le jour. Course poursuite, certes, mais de nous deux, je suis bien celle qui lui court après. Je ne veux point le perdre de vue où le rater, je ne conçois pas qu’il... Lire la Suite →

Iman : note de l’auteur

« Devant Dieu, deux « Moi » n’ont pas de place. Tu dis « Moi » et Il dit « Moi » ; ou bien meurs, toi, devant Lui, ou bien c’est Lui qui mourra devant toi, afin que toute dualité disparaisse. Mais ni objectivement, ni subjectivement, Il ne peut mourir. Car « Il est le... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑