Jeegu takusaan

Un vendredi après-midi, sur la voie de dégagement nord (VDN) de Dakar. En ce mois de décembre, l’harmattan s’est confortablement installé, et les vents frais venus de la méditerranée transforment Dakar, la belle, la généreuse, la voluptueuse, en  un champ urbain couvert par un nuage de poussière pourpre, minée par un vent qui fait grelotter... Lire la Suite →

Le mariage n’est pas une fin en soi

 Il y a dix ans : « yow mi, diang rek, moytul dé, goor ñi bëgu ñu jigeen bu jangam sori »[1] Quand j’ai commencé à porter le foulard : « wa yow, li ci sa bop bi nak ? Do gaawa am jëkër dé, té nga jaayu ba ci kanam ? »[2] Quand j’ai commencé à travailler à temps plein : « ahhh mashaAllah,... Lire la Suite →

One, two, three boss lady outfits

Vous évoluez dans un environnement professionnel assez strict, et occupez une position dans laquelle vous êtes appelée à représenter une institution auprès du public ou de partenaires. Inutile de dire que la manière dont vous vous présentez aura un impact significatif de votre interlocuteur, non seulement par rapport à l'opinion qu'il/elle se fera sur votre... Lire la Suite →

Pod et Marichou n’est pas le problème

Waawaw, défuñu lén dara[1]. J’en reviens au cadre d’observation social le plus intéressant et le moins censuré, à mon avis : depuis quelques semaines, l’ire puritaine/puriste/traditionnaliste, que dis-je, l’ire de préservation de nos « valeurs sociales profondes », s’attaque aux nouvelles séries sénégalaises (sénégalaises parce que produites par des sénégalais, avec des acteurs sénégalais et diffusés sur des... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑