Partie V: Le réveil du Lion

Babacar Cette nuit, le hurlement des chiens errants a été mon compagnon. Deux chats sous ma fenêtre se sont battus encore et encore, lorsque la nuit était tellement sombre, son silence tellement assourdissant. Tout le monde semblait être profondément plongé dans les bras de Morphée, sauf moi et ces êtres marginaux : en eux, je trouvais... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑