Les monologues de Marième: « Bayil daxé » ou le tribunal social des vieilles filles (2)

Les monologues de Marième - Célibataire endurcie : bayil daxé[1] J’avais commencé ce monologue en voulant-vous conter la dernière de plusieurs conversations, ces « sit-downs » auxquels j’ai droit périodiquement. Parce que oui, plusieurs membres de mon entourage, plus ou moins proches, pensent ma situation tellement critique que leur intervention, d’inspiration divine sûrement, suffirait à me motiver à... Lire la Suite →

Les monologues de Marième : Avant-propos

Le centre-ville se vide de ses occupants, les véhicules pressés, à la queue leu-leu, se précipitant vers la corniche ouest, porte de sortie de la presqu’île. Le frou-frou des caftans, quoiqu’atténué par moult coulis de sueur salvatrice dans la chaleur humide et étouffante, reste pourtant persistant, comme pour souligner l’importance de ce second rendez-vous hebdomadaire.... Lire la Suite →

Opium d’un peuple pervers

Disclaimer : le titre de l’article est fort provocateur. Par ailleurs, loin de moi l’idée d’être condescendante, ou encore d’outrer qui que ce soit… Et si c’est le cas, je vous présente, par avance, mes excuses. But first, where was I ? [Je me permets d’ouvrir une parenthèse avant de me lancer dans cet article… J’ai encore... Lire la Suite →

Iman : note de l’auteur

« Devant Dieu, deux « Moi » n’ont pas de place. Tu dis « Moi » et Il dit « Moi » ; ou bien meurs, toi, devant Lui, ou bien c’est Lui qui mourra devant toi, afin que toute dualité disparaisse. Mais ni objectivement, ni subjectivement, Il ne peut mourir. Car « Il est le... Lire la Suite →

Epilogue (3) : I will always love you

Iman Petit à petit, mes sens me reviennent. Surprise de me retrouver couchée sur une surface douce et confortable, j’ai peur d’ouvrir les yeux. Je laisse mes autres sens explorer mon environnement. Mes doigts touchent une surface satinée sur laquelle ils donnent l’impression de glisser. Mes narines sont titillées par une odeur bizarrement familière, celle... Lire la Suite →

Epilogue (2) : Jour de noces

Iman Au milieu du brouhaha, j’ai le regard perdu, telle une étrangère dans la maison de mes parents. Il y a effectivement un monde fou, et je suis au-delà de tout sentiment, dépassée par la tournure des évènements. Maman, qu’Allah la garde et la protège, a trouvé le moyen de chasser tous les joueurs de... Lire la Suite →

Epilogue (1) : Seuls contre tous

Iman Les nuits du mois de septembre ont cette profondeur spéciale, accentuée par la lourde chaleur qui les caractérise si particulièrement. Entrecoupées de vents furtifs, elles semblent nous rappeler que ces prémices de l’incomparable chaleur infernale ne sont que néant devant l’ampleur de l’infinie miséricorde divine. Le vent passe, tel un amant furtif, embrassant au... Lire la Suite →

Partie VI: Le triomphe de l’Amour?

Iman « Mon Iman, ma Rûmi, Comment commencer cette lettre ? Je ne sais point. Pour ne pas te faire souffrir, je m’étais dit qu’il serait mieux pour moi de sortir de ta vie. Toi si parfaite, toi si douce, toi si bienveillante, toi si spirituelle, toi si généreuse, ne méritais aucunement de subir une telle humiliation,... Lire la Suite →

Partie V: Le réveil du Lion

Babacar Cette nuit, le hurlement des chiens errants a été mon compagnon. Deux chats sous ma fenêtre se sont battus encore et encore, lorsque la nuit était tellement sombre, son silence tellement assourdissant. Tout le monde semblait être profondément plongé dans les bras de Morphée, sauf moi et ces êtres marginaux : en eux, je trouvais... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑